Accueil » Google » L’impressionnante recherche conversationnelle de Google

L’impressionnante recherche conversationnelle de Google

Google ne cesse de nous surprendre avec son flot de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux produits, les Google Glass par exemple. La manière dont nous effectuons nos recherches change à chaque jour et continuera de changer tant que le grand G n’atteindra pas la perfection dans le retour des résultats de recherche. Cet objectif semble plutôt complexe, voire même inatteignable, mais Google se surpasse de jour en jour et raffine la manière dont il traite les requêtes de recherche.

La voix – un outil pratique

Google perfectionne sans cesse sa manière d’interpréter les requêtes qu’il reçoit et depuis près de 2 ans, il à instauré un module de recherche par voix. On voit ce genre de petite fonctionnalité sur bien des appareils maintenant, sur les téléphones intelligents par exemple. Il ne suffit que d’une petite phrase d’action, du genre: « Appeler Judith. » et le téléphone compose directement le numéro de téléphone enregistré sous « Judith ». C’est tout de même pas mal car cette fonctionnalité devient de plus en plus précise en permettant de faire plusieurs actions seulement en disant quelques mots et est surtout pratique lorsque l’on est occupé à faire autre chose et que nos mains ne peuvent écrire un « texto » ou composer un numéro de téléphone. Nous avons mis notre parole de côté lors de l’apparition des claviers et nous nous sommes mis à écrire alors que maintenant, même si le module est limité, nous assistons à une sorte de « renaissance » de l’utilisation de la voix dans le domaine de l’informatique.

Une conversation avec un ordinateur

Parler à une machine immobile et froide peut sembler un peu fou, je me rappelle très bien les regards que recevaient les premiers utilisateurs des appareils Bluetooth que l’on s’accrochait à l’oreille. C’est plus commun qu’on le croit mais pas si différent du fait de parler à un téléphone, à un ordinateur ou même parler devant un micro. Toutefois, même si on entretient une conversation avec une machine, cela ne veut pas dire qu’elle nous comprend, en fait peuvent-elles nous comprendre? Pourtant, ladite fonctionnalité des téléphones intelligents « comprend » ce que nous voulons qu’ils fassent, ils exécutent nos commandes et nous donnent ce que nous voulons, ou presque. Plus le temps avance, plus les machines semblent être capable de répondre à nos besoins à l’aide d’une seule petite phrase, ce ne sera jamais comme parler à un autre humain, bien évidemment, mais jusqu’à quel point peut-on aller? Pourra-t-on, un jour, vraiment entretenir une conversation avec un ordinateur? Un grand phénomène du web est le fameux « CleverBot« , une intelligence artificielle qui converse avec vous selon des réponses qui ont déjà été dites. Toutefois, si je demande le chemin le plus court entre Montréal et Las Vegas, j’aimerais que la réponse soit un véritable trajet calculé et planifié au lieu d’être un commentaire diffamatoire sur ma tenue vestimentaire, « CleverBot is not so clever sometimes… ».

Les compléments d’une recherche

Depuis la lancée du Knowledge Graph de Google en 2012, les recherches effectuées peuvent être plus rapidement « répondues » grâce à ce joli petit outil. Il fait en sorte que certaines réponses en relation avec la requête apparaissent directement sous la barre de recherche, de façon évidente et facilement obtenable. Peut-être inspiré un peu du moteur de recherche « Wolfram Alpha » sorti en 2009 qui lui est entièrement basé sur ce concept de réponse rapide, peu importe la question demandée. Encore une fois, le tâche du « Knowledge Graph » de Google est de « comprendre » ce que la requête aimerait avoir en retour. « Wolfram Alpha » ne fait que donner toutes les ressources disponibles en relation avec la requête, mais je ne veux pas savoir le poids moyen d’un chat domestique et que j’aimerais savoir seulement son alimentation? Il est la l’importance de « comprendre » la requête de l’usager et non simplement de la calculer, de l’interpréter comme une machine et de retourner les résultats selon un algorithme barbare. Le « Knowledge Graph » à déjà une partie de la réponse, en étant capable d’identifier des gens, des endroits, etc. Si je fais une recherche sur Christophe Colomb, le « Knowledge Graph » réalisera que je ne cherche pas nécessairement des informations sur les mots « Christophe » et « Colomb », combinés ou pas, mais il « comprendra » qu’il s’agit ‘une personne et que cette personne est née en 1451 et est décédée en 1506.

La recherche conversationnelle

Le moteur Google Chrome offre, depuis quelque temps, la recherche conversationnelle sur le site de Google. Alors donc, qu’y a-t-il de si différent entre la recherche conversationnelle de Google Chrome et la fonctionnalité présente sur certains appareils mobiles? Premièrement, Google répond à vos requêtes, non seulement par écrit, mais bien par « voix », de la ou le terme « conversationnel ». Deuxièmement, la « conversation » prend en compte les phrases dites précédemment. Prenons exemple sur l’article de Danny Sullivan de Search Engine Land publié au mois de mai alors qu’il pose des questions à Google en rapport avec Barack Obama, l’actuel président américain. Il commence tout d’abord en demandant l’âge du président, Google lui répond donc : « Barack Obama à 51 ans ». Ensuite il lui demande littéralement: « Combien mesure-t-il? », et Google répond: « Barack Obama mesure 6 pieds et 1 pouce. ». Notez bien qu’ici, Google à « compris » le « il » dans la phrase et ne l’a pas interprété comme un simple mot, mais l’a bel et bien associé à Barack Obama. C’est assez incroyable n’est-ce pas? Bien sur, la fonctionnalité à ses limites, en fait cette « conversation » peut relater des termes utilisés jusqu’à 3 ou 4 requêtes passées (« Previous Queries »), il est donc possible de poser, par exemple, 3 ou 4 questions en rapport avec Barack Obama avant que Google commence à se demander ce qu’il se passe.

C’est une incroyable avancée dans le domaine de la recherche, bientôt on n’aura plus à toucher à nos claviers et Google sera capable de nous référer à des pages web qui répondent exactement à nos attentes seulement en lui posant une petite question. Imaginez les possibilités que nous offre cette fonctionnalité jumelée avec des outils innovateur comme les Google Glass, bientôt tout le contenu du web apparaîtra sous nos yeux si nous le demandons, littéralement.

A propos de Axxurge

Je suis un jeune homme passionné par tout ce qui touche la technologie. Récemment, j'ai déniché des nouvelles compétences en SEO/SEM et je me suis mis à m'intéresser énormément. Je me tiens au courant des nouvelles tendances du domaine du mieux que je peux et je travaille avec des gens qui font de même.

Check Also

Markup HTML 5 schema

Logo Schema Markup Fully Supported By Google

A recent announcement from Google indicates that brands now have the ability to use a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *